La NBA a repris, et la moitié des équipes sont déjà éliminées

Pour notre plus grand plaisir, la saison NBA a repris hier soir. Mais comme le relève le site web américain FiveThirtyEight, le plus prestigieux championnat de basketball au monde n’a jamais connu une véritable parité. Alors même que certaines franchises n’ont pas encore mis un pied sur le parquet, 14 d’entre elles seraient déjà éliminées de la course au titre.

C’est à l’aide du coefficient de Gini (les économistes utilisent cette mesure afin d’apprécier les inégalités au sein d’une population, comme celle des revenus) que l’on peut évaluer les chances de titre des 30 équipes, en s’intéressant à la qualité et à la valeur des joueurs au sein de chaque franchise. Plus on se rapproche de 0, plus l’égalité est parfaite, plus on se rapproche de 100, plus il y a d’inégalités. La NBA connaît elle un coefficient de Gini de 81,9 points, là où l’effet de surprise des équipes accédants aux playoffs est quasi nul.

Les quatre meilleurs équipes (Cavaliers, Warrios, Clippers, Spurs) ont 69,1% de chances de soulever le célèbre trophée Larry O’Brien, et seulement 11 franchises ont une chance supérieur à 0,5% (1-200) de mettre fin à leur saison par un titre de champion. De quoi aiguiller les bookmakers.NBA-chance-côte

La NFL, championnat exemplaire ?

Du côté de la Ligue de Football Américain, les donnés sont toutes autres, avec un coefficient de Gini de 53,2 points seulement. Pour exemple, deux des moins bonnes équipes de la NFL comme les Jets de New York et les Tampa Bay Buccaneers avaient chacune plus de chances de gagner le Super Bowl en début de saison que plus de la moitié des franchises NBA, en comparaison avec l’infographie vue ci-dessus.NFL-Championship-côte

La NFL écrase la NBA et toutes les autres ligues en terme de popularité, là où 35% des américains désignent la NFL et le football américain comme leur sport préféré en 2014. Deux raisons à cela : la première étant la saison de 16 matchs qui fait de chaque rencontre un moment rare à ne pas manquer. La seconde étant la parité des chances qu’ont les équipes de NFL de remporter le titre de champion en début de saison; en grande partie à l’aide du plafond salarial (« Salary Cap »), imposé aux 32 équipes. Gonflée à 82 matchs en saison régulière et avec des clauses salariales dénoncées comme artificielles et trop souples (malgré un système de salary cap mis en place à l’image de la NFL), la NBA échoue à deux reprises, et cela se fait ressentir dans le cœur des américains.

En dépit de la stigmatisation de longue date mettant en avant la relation entre la valeur d’une équipe et ses chances de remporter le championnat en fin de saison, le basket et le sport restent les meilleurs moyens de faire démentir ce coefficient de Gini. Rendez-vous en avril prochain !

Et pour vous remettre dans l’ambiance, on ne résiste pas à vous offrir ce Top 10 tout frais :

Benjamin Michel-Marçais
Suivre

Benjamin Michel-Marçais

Ancien squale au parfum chloré, actuellement à la recherche des meilleurs empanadas.
Benjamin Michel-Marçais
Suivre

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Plus dans Event, Home, Sports US
France Tennis French Open
Rendez-vous avec Pierre-Hugues Herbert, joueur de tennis professionnel

Chose promise chose due. Après ne pas avoir pu publier le rendez-vous du mois de septembre, voici un deuxième « rendez-vous...

Fermer