Quand le Social Shack bouscule l’Open d’Australie

b_mca_01

L’Open d’Australie est le premier grand rendez-vous tennistique de l’année. Un événement majeur de la saison pour lequel bon nombre de fans ne peuvent malheureusement être présents. Les organisateurs ont donc fait le nécessaire pour rendre accessible à tous l’expérience « Australian Open ».

L’Open d’Australie 2014, c’est un peu plus d’un million de fans sur Facebookenviron 400 000 followers sur Twitter, 51 000 abonnés au compte Instagram et plus de 90 000 abonnés à la chaîne YouTube. Une question se pose : comment rassembler le digital, les supporters, les spectateurs et les joueurs ?
 Il existe un moyen de réunir ces différents acteurs, via le digital et tout particulièrement grâce au Social Shack.

Le tournoi le plus suivi sur les réseaux sociaux est Wimbledon, avec environ 1 600 000 fans sur Facebook et plus de 889 000 followers. L’Open d’Australie est le grand chelem qui possède le moins de fans, mais cela ne remet pas en cause l’efficacité de son activité digitale.

Le Social Shack c’est :
• Une connexion fans / joueurs
• Un studio multimédia
• Un tableau de bord pour connaître en temps réel quel joueur / joueuse est le / la plus populaire sur les réseaux sociaux
• Des interviews en direct des joueurs et des principaux acteurs du tournoi
• Une mise en avant du contenu digital posté par les joueurs
• Le partage des nombreuses expériences de fans.

Capture d’écran 2014-01-20 à 13.45.23

Équipés d’un smartphone, d’une tablette ou de tout autre moyen de diffusion d’informations, les fans du monde entier peuvent partager leurs expériences de match et de tournoi derrière leurs écrans ou dans l’enceinte de l’Open d’Australie, et cela par le biais des réseaux sociaux. Grâce aux hashtags, le Social Shack va rassembler les données pour les communiquer instantanément. Le fan se voit alors entrer dans une nouvelle sphère, en assistant à la propagation de ses publications auprès d’un large public, et non plus qu’à ses propres amis. Grâce à la « cabane sociale », le fan à l’occasion de devenir un acteur à part entière de l’Open d’Australie.

Nous assistons au travers du Social Shack à un mélange entre vie réelle et vie virtuelle. Le digital a désormais pris une grande place dans notre vie, jusqu’à amener une certaine confusion entre ces deux univers. Les réseaux sociaux impactent sur le réel et inversement. Ce phénomène sera-il présent le temps d’un tournoi ou pour de nombreuses années ?

Alvin Mainguy

Alvin Mainguy

Étudiant en management du sport à Caen. Premier League, Ligue des Champions et FC Nantes sont mes centres d'intérêts.
Alvin Mainguy