Rendez-vous avec Pierre-Hugues Herbert, joueur de tennis professionnel

Chose promise chose due. Après ne pas avoir pu publier le rendez-vous du mois de septembre, voici un deuxième « rendez-vous du mois » d’octobre.

Le 23 octobre dernier, Le rendez-vous sportif s’est rendu dans le quartier de Saint-Germain-des-Prés, à l’occasion de l’inauguration de la boutique Karanta. Ce spécialiste tennis technique & lifestyle avait invité Pierre-Hugues Herbert pour une conférence de presse exclusive. Pourquoi lui ? Pierre-Hugues est originaire d’Alsace, là où est basée la première boutique Karanta. Il tient par ailleurs une rubrique dans le magazine Tennis Addict, qui a été instauré par les fondateurs de Karanta. Rencontre avec « P2H », un joueur qui se distingue par son jeu et sa personnalité atypiques.

  • Bonjour Pierre-Pierre-Hugues Herbert Hugues, peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

Je m’appelle Pierre-Hugues HERBERT, j’ai 23 ans, je suis joueur de tennis professionnel. Je suis originaire de la région Alsace, je suis né à Schiltigheim, je joue au TC Strasbourg. Je suis à peu près 120ème mondial et 65ème en double.

  • Tu sors tout juste d’une rencontre face à R.Nadal à Bâle, d’une victoire face aux frères Bryan suivie du titre à Tokyo. Quel est ton ressenti face à ces grands moments ?

C’était de superbes expériences ! Le match face à Nadal ne s’est pas très bien passé mais ça fait partie du quotidien, et ça ne peut pas toujours très bien se passer. Je trouve que ce genres d’événements, je les ai mieux gérés qu’auparavant. Il y a un peu d’expérience qui joue et chaque année je gère un peu mieux ces événements; et cela devient quelque chose de « normal » de jouer ce genre de matches, ce qui ne l’était pas il y a encore un an ou deux.

  • Comme tu le dis, d’année en année, tu gagnes en expérience et ta progression ne s’arrête pas. Quels sont tes objectifs à court, moyen et long terme ?

A très court terme, cela va déjà être de bien jouer à Bercy. C’est dans ce genre de tournois que l’on veut bien jouer, ce sont les plus gros tournois au monde et ceux qui rapportent le plus. A moyen terme, dans ma carrière, cela va être d’avoir les points pour jouer les Grands Chelems. A long terme, cela va être de jouer pour les premières places mondiales, jouer dans les derniers carrés des Grands Chelems. Devenir un des meilleurs joueurs de tennis au monde !

  • Parlons de tes partenaires. Comment se traduisent tes associations avec Yonex et Nike ?

Avec Yonex, je suis allé au Japon, il y a eu pas mal de com’ de faite là-bas donc c’était plutôt intéressant d’y être. En plus de cela, j’ai gagné là-bas donc ils étaient très contents et moi aussi. Au niveau de Nike, ils ont d’autres joueurs sur qui s’appuyer, comme Federer, Nadal, Dimitrov… Donc ils n’ont pas forcément besoin de moi dans le tennis pour communiquer. Je pense que ce sont deux marques qui font de la qualité, je suis chez Nike depuis mes 16 ans et j’ai signé chez Yonex en arrivant sur le circuit pro.

(NDLR : Yonex fournit environ 30 raquettes par an à P2H et des cordages, sacs, etc. Nike est son équipementier textile et chaussures.)
  • As-tu d’autres sponsors qui te soutiennent ?

Pour l’instant, j’ai un partenariat avec des hôtels en France, surtout sur Paris, qui sont les hôtels RES. J’ai aussi un contrat avec un garage Volvo à Strasbourg. Ils m’aident financièrement dans ma vie de joueur professionnel.

  • On va parler un peu de ta vie sur le circuit ATP. Comment occupes-tu ton temps libre en tournoi ? Qu’aimes-tu faire quand tu n’as pas match ?

Il faut savoir que ça prend pas mal de temps quand même, les journées sont longues. Souvent, une journée d’entraînement ou de match est bien remplie, notamment par les soins avec le kiné. En ce qui concerne ce que je fais lors de mon temps libre, je suis un fan de jeux de cartes. Dès que je peux, je suis quelqu’un qui adore « coincher ». Je regarde pas mal de films, récemment j’étais beaucoup sur des séries. J’essaie de lire un livre à chaque fois. J’ai des périodes.

  • Peux-tu nous présenter ta structure d’entraînement qui est assez particulière ?

Elle est assez particulière parce qu’elle est très personnalisée. Je n’ai jamais quitté mon Alsace natale. On a mis en place une structure sur Strasbourg avec mon père dès mes 13 ans. C’est sûrement une des choses qui a été bien faite dans ma jeunesse. On ne m’a jamais éloigné de ma famille, j’ai toujours eu une scolarité normale jusqu’à mes 18 ans et l’obtention du bac. On a fait les choses pas après pas. Maintenant, j’ai une structure sur Strasbourg avec un préparateur physique, un kiné, j’ai mon papa comme entraîneur. Il  y a même la fédération française qui m’aide, je peux solliciter un entraîneur sur certaines semaines.

  • Tu parlais de ta scolarité très suivie. Quel bac as-tu passé et as-tu pu te projeter vers des études supérieures ?

J’ai fait toute ma scolarité en Allemagne. J’ai passé un bac franco-allemand, c’est pour cela que je parle couramment allemand et que je suis plutôt à l’aise dans les langues. J’ai eu un début d’études supérieures avec la validation d’une année en LEA que j’effectuais à distance. J’ai fait la moitié de l’autre année. Je n’ai ensuite pas pu continuer car les examens étaient en plein dans mes semaines de tournois. J’ai fait passer le tennis avant mes études donc après je n’avais pas à bien faire les deux.

  • Pour en revenir sur le circuit, y-a-t-il un joueur avec qui tu t’entends particulièrement bien ?

Oui, alors il y en a pas mal. Par exemple, Albano Olivetti, avec qui j’ai passé énormément de temps car on est de la même région, on a le même âge. On a quasiment eu la même progression. C’est un partenaire de voyage, même si là il est blessé. Sinon, il y a pas mal de joueurs français que j’apprécie, et des joueurs allemands sympas. J’ai battu Edouard Roger-Vasselin qui est quelqu’un que j’apprécie beaucoup. Après, je n’étais pas forcément sur le même circuit les autres années donc je suis encore un peu novice sur le grand circuit. S’il y en avait un à citer, ce serait Albano.

  • Le rendez-vous sportif a remarqué que tu étais actif sur Twitter. Es-tu conseillé dans ta communication sur les réseaux sociaux ?

Oui je suis conseillé. Mon agent (Fabien Paget – O2 Management) essaie de gérer mon image et me conseille, ce que je trouve important. Sur Facebook, de temps en temps, c’est moi qui publie. Ce n’est pas moi quand je n’ai pas le temps mais je checke toujours ce qui est diffusé.

  • Pour conclure, quel est l’événement sportif qui t’a le plus marqué ?

La Coupe du Monde 98, je dirais que ça m’a quand marqué. Les 2 buts de Zizou en finale de la tête, je crois que ça restera gravé à vie.

Pierre-Hugues prône la recherche du plaisir dans son sport tout en préservant son corps et son esprit. Il a obtenu cette semaine une WildCard pour le tableau final du Master 1000 de Paris-Bercy mais n’a pu remporter le duel franco-français du 1er tour face à Mannarino. Toute l’équipe du Rendez-Vous Sportif est derrière lui pour son dernier tournoi de la saison aux Internationaux de Vendée !

Antoine Poirier

Antoine Poirier

Etudiant en management du sport, tennisman compétiteur depuis toujours. Continuellement à l'affût de nouveauté !
Antoine Poirier

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Plus dans Home, Rdv du mois
affiche1
Tour de France 2015, le point sur les nouveautés

Mercredi dernier, Christian Prudhomme, directeur du Tour de France, dévoilait le tracé de l’édition 2015 de la Grande Boucle. Si...

Fermer