Un renouveau pour Arsenal

Les Gunners d’Arsenal trainent depuis plusieurs années une drôle de réputation, celle de bien jouer au football mais de ne jamais rien gagner, ce qui les amène à ne pas avoir soulevé le moindre trophée depuis 2005. Une longue disette qui, souhaitons leur, cessera cette saison. Après avoir bien entamé la phase de poule de Ligue des Champions en se qualifiant pour les huitièmes de finale face à Dortmund, l’Olympique de Marseille et Naples; les joueurs d’Arsène Wenger comptent aujourd’hui aussi sur la Premier League pour renouer avec le succès. Un renouveau pour l’équipe Londonienne qui revient au contact des tout meilleurs clubs mondiaux, notamment en ce lundi 27 janvier 2014.

Un contrat historique avec Puma

Une première photo du français Thierry Henry -joueur légende d’Arsenal- arborant un maillot Puma aux couleurs du clubHENRYGIROUD  anglais, avait créé le buzz courant octobre, laissant imaginer un partenariat à venir. Cela s’est confirmé, puisque Puma deviendra l’équipementier officiel d’Arsenal FC pour l’entrainement et les matches, à partir du 1er Juillet 2014. Il s’agit de l’accord le plus important pour les deux parties, ce qui en fait un partenariat historique. Puma prendra alors la place de Nike, équipementier d’Arsenal depuis 20 ans, pour un contrat de 36 millions d’euros par an sur les cinq années à venir, contrairement aux 10 millions annuelles déboursés par l’équipementier américain. 

Ivan Gazidis, Directeur exécutif du Arsenal FC, a déclaré «Nous avons suscité l’intérêt de tous les acteurs et avons eu la chance de pouvoir choisir. Ce contrat va accroître sensiblement nos revenus et nous permettre de les réinvestir dans l’équipe quand les montants de transfert et les salaires s’envolent.»

Une place de numéro 3 pour Puma

Malgré la crise que connait Puma (recul des ventes sur les neufs premiers mois de l’année dernière), ce partenariat va lui permettre de revenir en force sur le devant de la scène. Après avoir misé sur de nombreuses nations Africaines, la marque allemande revient sur le continent européen, notamment en poursuivant son partenariat avec la sélection de Football Italienne, avec qui elle est engagée depuis 2003, mais aussi à travers le dernier finaliste de la Ligue des Champions, le Borussia Dortmund. Balotelli, Reus ou encore Fabregas sont les égéries sur laquelle la marque mise aujourd’hui, particulièrement pour le lancement de sa nouvelle chaussure « evoPower ».

Pour Arsenal, ce contrat marque un renouveau sportif, engagé depuis 2004. Cette année là, la direction décide de se lancer dans la construction d’un nouveau stade, l’Emirates Stadium. Avec un coût de plus de 450 millions d’euros, le club Anglais s’endette et choisi alors de miser sur ses jeunes joueurs pour arriver chaque année à se qualifier pour la fructueuse Ligue des Champions, élément clé pour garder son statut de tête de file européenne.

Le club a aujourd’hui réussi à ramener sa dette à 111 millions d’euros, avec comme première source de revenus sa billetterie, qui a triplé depuis 2004. Après un été record avec l’arrivée de Mezut Ozïl, le club londonien a décidé de changer de politique. L’allemand est aujourd’hui le joueur le plus cher de l’histoire du club, avec un transfert de 50 millions d’euros en provenance du Real Madrid. Le club anglais peut aujourd’hui respirer, notamment grâce au partenariat qui le lie à la compagnie aérienne Emirates, avec qui il est engagé pour les 5 années à venir, pour un montant annuel de 30 millions d’euros.

« Nous étions limités ces dernières années d’un point de vue financier et il nous fallait être rigoureux, mais nous sommes sortis de cette période » a déclaré Arsène Wenger.

Arsenal semble aujourd’hui avoir entrepris les politiques adaptées afin de concurrencer les plus grand clubs européens. Mais le plus dur reste à venir, en allant décrocher un premier titre pour les coéquipiers du français Olivier Giroud, lui aussi sous contrat avec Puma. La situation du club Anglais en inspire d’autres, notamment l’Olympique Lyonnais qui a misé sur la construction d’un nouveau stade pour tenter de rayonner de nouveau sur la scène européenne.

Article qui plaira à notre ami Flo, on pense à toi.

Benjamin Michel-Marçais
Suivre

Benjamin Michel-Marçais

Ancien squale au parfum chloré, actuellement à la recherche des meilleurs empanadas.
Benjamin Michel-Marçais
Suivre

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Plus dans Home, Sponsoring
NBA - Google glass
Être dans la peau d’un joueur de la NBA grâce aux Google Glass

Le vendredi 24 janvier dernier, à l’occasion d’un match face aux Indiana Pacers, les Sacramento Kings, un des trente clubs de...

Fermer