Vers un développement de la Pro A

Lors de la saison 2012-2013, la Ligue Nationale de Basket (LNB) lançait son premier appel d’offre. En effet, la ligue soucieuse de développer le Basket-Ball professionnel Français, souhaitait relancer l’attractivité de son championnat en y ajoutant des équipes, de façon à augmenter le nombre de rencontres durant la saison. Le 13 novembre dernier, la LNB réitérait son annonce à de potentielles équipes de haut-niveau susceptibles d’intégrer la première division Française sur une « wild-card », c’est-à-dire une invitation.

La Pro A est actuellement une ligue ouverte composée de 16 équipes. Un système de promotion et de relégation a été instauré depuis des années, à l’image des championnats de football, de rugby ou de handball français. Chaque année, 2 clubs de Pro B font donc leur entrée en Pro A tandis que 2 autres sont contraints de descendre dans le championnat inférieur. Une des solutions proposées par la LNB serait de faire monter 3 équipes, et de n’en reléguer qu’une seule, fait rare dans l’histoire du Basket Français.

Du sport classique au sport spectacle

L’objectif principal de la LNB est de renforcer l’attractivité de son championnat en multipliant le nombre de rencontres et donc le renforcement d’une « culture basket » en augmentant l’affluence dans les salles et en faisant du championnat Français un spectacle digne de la NBA, son homologue Américain. Le succès de la ligue fermée Américaine n’est plus un secret depuis des années, tant le nombre d’Européens se passionnant de la NBA augmente chaque année, et notamment en France. Les Playoffs NBA diffusés sur des chaînes françaises ont très souvent réalisées de meilleures audiences que les rencontres de Pro A diffusées chaque semaine.

Un show à l’américaine

L’idée d’augmenter le nombre de matches, en ajoutant plusieurs équipes à la première division française, signifie qu’il faut remplir de nouvelles salles et donc définir de nouvelles solutions pour faire face aux faibles affluences de certaines enceintes. C’est ici que la notion d’expérience de match prend tout son sens. En effet, il apparait comme évident que le modèle Américain est largement en avance sur le modèle français. Les supports de communication des clubs français sont parfois mal ou plutôt sous-utilisés. En effet, certains clubs de Pro A n’ont pas encore pris la mesure des réseaux sociaux, notamment Twitter et pire encore, certains ne proposent pas de réelles animations les soirs de matches si ce n’est la rencontre en elle même. Les écrans géants ne sont actuellement utilisés que pour diffuser des informations sur le match ou encore la publicité des différents partenaires, alors que l’on connaît le succès de la « Fan Cam » aux États-Unis.

L’enjeu économique est donc très grand pour la LNB et la difficulté sera surtout de trouver des équipes prestigieuses ayant un potentiel économique et sportif de taille pour assurer le développement du championnat et assurer de bonnes affluences.

Thomas Henry

Thomas Henry

Étudiant en Management du sport, ex-triathlète et passionné de sport. Mon week-end rime avec Premier League, et les mois d'Avril-Mai-Juin avec Playoffs NBA !
Thomas Henry

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Plus dans Home, Média
grand-stade-mobile
Stade 2.0 : du spectateur à l’acteur

Les clubs sportifs français doivent actuellement faire face à un problème majeur, celui de remplir leur stade. Chez lui, le...

Fermer